Comment gérer les licenciements et les départs volontaires ?

Il n’est jamais facile pour une entreprise de se séparer d’un de ses membres, et ce, qu’il s’agisse d’un licenciement ou d’un départ volontaire. L’entreprise peut tout de même faire en sorte que ce départ se passe correctement. Découvrez nos conseils pour bien gérer les licenciements et les départs volontaires.

Suivre la procédure

Avant de faire partir le salarié concerné, il faut cadrer clairement les motifs de fin d’emploi. En effet, on ne gère pas de la même façon un licenciement et un départ volontaire. Vous vous doutez bien : la procédure à suivre n’est pas non plus la même. Vous pouvez vous renseigner auprès d’un avocat droit du travail pour réaliser ce départ volontaire ou ce licenciement dans les règles de l’art.

Lire également : Refus de démission par l'employeur : que faire en cas de conflit ?

Pour le licenciement

Pour le licenciement, il est impératif de planifier un entretien avec l’employé. L’employé doit en informer le concerné par lettre envoyée en recommandé avec accusé de réception ou par une lettre remise en main propre. Pour cet entretien, le salarié peut se faire accompagner par le représentant du personnel, par un collègue de travail ou par un conseiller inscrit sur une liste départementale. Pour cet entretien, on ne parle pas encore de licenciement, mais c’est plutôt une tentative de conciliation où chaque partie puisse s’expliquer sur les faits et la situation. Si l’employeur n’est pas convaincu des explications du salarié à la fin de cette entrevue, il ne peut pas encore annoncer le licenciement.

Cette décision doit se faire par une lettre en recommandé avec AR. Elle peut également être remise en main propre. Dans cette lettre de licenciement, l’entreprise doit clairement annoncer les raisons du licenciement. Cette lettre doit également être datée pour compter le premier jour du préavis. Lorsque le préavis est terminé, l’employé doit remettre certains documents au salarié.

A voir aussi : Les stratégies légales pour minimiser les risques de fraude en entreprise

Pour un départ volontaire

Si pour le licenciement, la décision vient surtout de l’employeur, pour le départ volontaire, la décision résulte d’un commun accord entre l’employeur et l’employé. Avant même d’exposer la situation aux salariés, l’employeur doit consulter les représentants du personnel pour déterminer entre autres le nombre de départs et la prime de départ volontaire. Il pourra par la suite proposer ce départ à certains employés sans pour autant choisir une catégorie spécifique d’employés.

Les employés intéressés pourront se porter volontaires, mais c’est l’employeur qui va choisir ceux qui vont être inclus dans le dispositif. Ceux qui ont été choisis doivent donner leur accord pour quitter l’entreprise et les deux parties doivent signer un document pour relater cette rupture de contrat à l’amiable. En fonction de ce qui a été convenu entre les deux parties, le salarié peut ne pas faire de préavis. Ce départ volontaire se conclut aussi par la remise de documents.

Bien communiquer après le départ de l’employé

Après un licenciement, c’est un sentiment d’insécurité et aussi d’incompréhension qui s’installe auprès des autres employés. Pour ne pas laisser trop s’installer ce sentiment, il est de votre devoir d’informer votre personnel de la situation. Essayez d’être le plus transparent possible. Il faut en faire de même pour un départ volontaire. Sur les prochains jours après le départ de l’employé, il serait également judicieux d’organiser des rencontres individuelles avec les membres de l’équipe. Ces rencontres vous permettront de répondre à leurs interrogations, mais aussi de leur exposer la nouvelle organisation.