Les clés du succès d’un kebabiste

Chaque année en France, plus de 350 millions de kebabs sont en moyenne livrés. Alors, savez-vous faire de la grillade, de la viande grillée ou des plats à base de viande grillée ? Et si vous pensiez à ouvrir un kebab ? Découvrons dans cet article toutes les clés du succès d’un kebabiste.

Succès d’un kebabiste : les compétences requises

Loin de dépendre d’un diplôme, le succès d’un kebabiste varie en grande partie selon les compétences de ce dernier. En effet, pour vivre de ce métier, il faut :

A lire également : Evernote : logiciel de productivité entreprise collaboratif

  • La flexibilité et la motivation: le travail s’effectue à plein temps dans des conditions parfois complexes. Aussi, parmi vos clients, il peut en avoir qui soient peu courtois ;
  • Des compétences comptables : il est important de savoir gérer sa comptabilité et de pouvoir actualiser votre livre de dépenses et de recettes ;
  • Des compétences managériales: dans le cas où le travail se fait en équipe, il faut une capacité à bien diriger les employés. Cela va de la bonne marche de votre business ;
  • Des compétences commerciales: vous devez pouvoir trouver de fournisseurs confiants avec qui coopérer. Cela implique la négociation des contrats et la mise en place des stratégies pour attirer et fidéliser les clients.

Le processus d’ouverture d’un kebab

L’ouverture d’un kebab se fait suivant plusieurs étapes à savoir :

Le choix du concept du kebab

La première étape consiste à choisir un concept pour le kebab. Deux possibilités s’offrent au kababiste dans ce cas. Il s’agit de :

A découvrir également : Quels sont les avantages d'une solution CCaaS ?

  • L’ouverture d’un kebab franchisé: cette option parait rassurante pour les débutants. En effet, ces derniers peuvent bénéficier d’un accompagnement d’un franchiseur qui supporte certains frais et instaure une stratégie commerciale. L’inconvénient est que ce choix implique le versement régulier au franchiseur de certaines cotisations. À cela s’ajoute l’absence de la liberté décisionnelle du kebabiste.
  • L’ouverture d’un kebab indépendant: avec ce choix, il faut nécessairement développer un concept propre à soi. Si celui-ci répond aux besoins de la cible, il sera plus facile d’attirer la clientèle et la fidéliser.

La rédaction d’un business plan

La rédaction d’un business plan se fait conjointement à l’étude de marché. Deux étapes indispensables permettent d’appréhender le marché de la restauration en général et celui du kebab en particulier. À l’occasion, vous pourrez apprendre davantage sur vos concurrents, leur fonctionnement et la stratégie à mettre en place suivant ces données.

L’anticipation des dépenses

Comme toute entreprise, la création d’un kebab implique plusieurs dépenses. De fait, il est important de les anticiper tout en considérant les divers postes à intégrer. Les dépenses dont il est question peuvent, entre autres concerner :

  • Le local commercial: vous pouvez choisir l’achat d’un local commercial, la location d’un local commercial ou l’achat d’un fonds de commerce ;
  • La décoration et le mobilier ;
  • Le matériel professionnel;
  • Le personnel ;
  • La publicité et la communication ;
  • La comptabilité et les démarches administratives ;
  • Les ingrédients.

Le choix d’un statut juridique

Le choix d’un statut juridique est indispensable lors de la création d’entreprise. Parmi les choix qui s’offrent à vous, on a :

  • La micro-entreprise;
  • La société à responsabilité limitée ;
  • L’entreprise individuelle ou l’entreprise individuelle à responsabilité limitée ;
  • La société par actions simplifiée unipersonnelle et l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée.

Les réglementations à respecter pour ouvrir un kebab

Le respect de certaines réglementations est une condition qui détermine en partie le succès d’un kebabiste. Entre autres, il s’agit de :

  • Suivre une formation de 2 à 3 jours pour l’obtention d’un permis d’exploitation ;
  • Suivre une formation de 14 heures portant sur les règles à suivre sur le plan de l’hygiène alimentaire ;
  • Obtenir une licence restaurant ;
  • Posséder une licence spécifique en cas de vente de boissons alcoolisées ;
  • Répondre aux normes sécuritaires requises en matière d’accessibilité au public et d’incendie.