Entreprise : utiliser et calculer un escompte (bancaire ou commercial)

Avoir une trésorerie saine est une tâche difficile pour de nombreux entrepreneurs. C’est pourtant un élément important qui permet aux entreprises de continuer leurs activités. C’est pourquoi un certain nombre d’entre elles n’hésitent pas à demander un escompte. Ce recours financier est effectivement un moyen pour elles de maintenir une trésorerie à un bon niveau.

Comment fonctionne l’escompte et quels sont les avantages à y avoir recours ? Découvrons les réponses ensemble !

A lire aussi : RFI, RFP, RFQ : comprendre les différences pour vos appels d'offres

Qu’est-ce qu’un escompte ?

Un escompte se caractérise par un emprunt sur une courte période. Cet emprunt est une solution pour beaucoup de sociétés souhaitant régler leurs factures dans les temps impartis, sans que la trésorerie soit impactée. On distingue deux sortes d’escomptes : l’escompte de type commercial et celui de type bancaire.

Définition d’un escompte commercial

Cet escompte s’établit entre une entreprise et un client. Son rôle est de permettre au client de payer sa facture avant la date butoir, en échange d’une remise. L’escompte commercial ne demande pas à ce que soit fait un effet de commerce.

A lire également : Qui peut faire une formation continue ?

Ce type d’escompte a pour intérêt d’augmenter sa trésorerie sans que la société n’ait à passer par l’intermédiaire d’une banque. C’est une opération qui est moins onéreuse qu’un financement bancaire. L’autre intérêt de l’escompte commercial réside dans sa rapidité. Le délai de paiement étant diminué, le besoin en fonds de roulement (BFR) est réduit également. La société n’a donc pas à chercher une solution extérieure de financement.

Définition d’un escompte bancaire

L’escompte bancaire est un système de financement dont l’objectif est de laisser une dette à sa banque, qui elle-même donne une avance de trésorerie de la somme de la dette en question. Les frais dus à cette démarche sont comptés dans l’avance faite. La dette doit être remboursée dans un délai défini. Afin d’être considérée comme escomptée, elle doit également être présentée sous forme d’effet de commerce.

Le principe est celui-ci : il s’agit d’une avance faite par la banque, cette dernière ne rachète pas la créance. C’est une façon pour la banque de s’assurer d’être remboursée, par le règlement de la dette ou grâce à la somme prêtée et remboursée si le client manque au respect de son contrat.

Précisons tout de même que l’effet de commerce est une solution de financement pour les entreprises qui n’est pas lié à un organisme bancaire. Il peut prendre la forme d’une lettre de change ou d’un billet à ordre qui détaille le rôle des parties concernés :

  • Le tireur qui transmet l’effet de commerce
  • Celui qui le reçoit et qui doit payer la somme demandée
  • Le porteur qui en profite

Afin de se prémunir des potentiels montants non remboursés, des garanties supplémentaires sont requises par certaines banques.

L’avantage de l’escompte bancaire est qu’il permet d’échapper à de possibles découverts bancaires, ce qui coûte plus d’argent à une entreprise.

Faire le calcul d’un escompte

Lorsque l’on calcule un escompte, on prend en compte le taux d’escompte qui a été négocié et le délai de remboursement. Un escompte est effectivement plus cher s’il a une durée de 2 mois, en comparaison avec un escompte d’un mois.

Ainsi, on calcule le montant d’un escompte à partir de la somme HT de la facture qui est escomptée, et son taux. Cela donne la formule :

  • Escompte = Montant facture HT x Taux d’escompte (en %) x nombre de jours de l’escompte / 360

Pourquoi opter pour l’escompte bancaire ?

A partir du moment où le taux d’escompte a été défini avec le banquier, cette méthode de financement est rapide et simple à mettre en place. Si elle a l’avantage pour les entreprises de sauvegarder la trésorerie, elle possède par ailleurs quelques contraintes :

  • C’est une dépense de plus qui diminue le taux de marge.
  • Si le paiement du client vient à tarder, la banque peut exiger un remboursement.
  • Cela ne résout pas les soucis de durée de paiement et rajoute ceux liés aux problèmes financiers des clients.
  • L’emprunt a un montant limité qui dépend de ce qui a été négocié avec votre banque auparavant. La banque peut d’ailleurs baisser ce montant si elle pense que l’entreprise ne possède pas assez de ressources financières suffisantes ou que ses clients n’ont pas une bonne solvabilité.
  • L’escompte concerne certaines entreprises et pas d’autres. Une jeune entreprise nouvelle sur le marché ou qui a des difficultés financières ne peut prétendre à cet escompte bancaire.

Les avantages et les limites de l’escompte commercial

L’escompte commercial, contrairement à l’escompte bancaire, ne nécessite pas d’être accepté par une banque. C’est un accord contractuel négocié entre deux entreprises.

L’entreprise qui accorde un escompte commercial fait bénéficier son client d’une réduction de prix si celui-ci règle sa facture avant la date d’échéance prévue. Cette technique a pour avantage de favoriser les relations commerciales en incitant le client à régler plus rapidement ses dettes et en permettant à l’entreprise émettrice de disposer des liquidités plus rapidement.

Vous devez bien analyser les avantages et limites qu’elles peuvent rencontrer :

  • L’avantage principal est la possibilité pour une entreprise qui propose ce type de service d’améliorer sa trésorerie.
  • Cela permet aussi aux clients habituels ou réguliers de profiter d’un tarif avantageux.
  • Mais attention ! L’escompte commercial peut altérer le taux de marge donc il faut être vigilant quant au coût total que cela représente.

Au-delà des avantages qu’il offre, l’escompte commercial comporte aussi quelques limitations :

  • L’accord sur l’utilisation doit impérativement être contractualisé.
  • Il y a souvent des frais supplémentaires liés aux transactions financières effectuées par la banque du fournisseur comme le coût administratif, etc.

L’entreprise émettrice d’escompte commercial doit choisir avec précaution les clients à qui elle propose cette offre. Elle peut par exemple vérifier la solvabilité de ses clients avant de leur accorder un escompte et ainsi éviter tout impayé.

Comment négocier un escompte auprès de son fournisseur ?

Si vous êtes une entreprise et que vous souhaitez bénéficier d’un taux d’escompte avantageux, voici quelques conseils pour négocier efficacement avec vos fournisseurs.

Il faut bien connaître la situation financière de l’entreprise. Effectivement, un fournisseur sera plus enclin à accorder un escompte si l’entreprise est solide financièrement et qu’elle a un bon historique de paiement.

Il faut établir une relation de confiance avec le fournisseur en question. Pour cela, il faut s’informer sur les besoins du fournisseur : quelles sont ses attentes ? Quelles sont les contraintes auxquelles il doit faire face ? En sachant répondre à ces questions, vous pouvez ainsi proposer des solutions qui conviennent parfaitement aux deux parties.

Il ne faut pas hésiter aussi à être clair dans sa demande. Il est nécessaire d’être précis quant au taux attendu et aux modalités de paiement souhaitées (échéanciers…).

Proposez quelque chose en échange ! Vous pouvez par exemple offrir la garantie que votre entreprise continuera à travailler régulièrement avec ce fournisseur ou encore signer un contrat pluriannuel. Ces gestes peuvent rassurer votre interlocuteur et favoriser l’accord sur l’escompte demandé.

Gardez toutefois en tête que toutes les entreprises ne proposent pas systématiquement cet avantage commercial. Certains refuseront catégoriquement toute négociation autour des escomptes et des paiements anticipés.