Comment résilier son assurance professionnelle ?

Les assurances professionnelles peuvent être résiliées pour diverses raisons. Qu’il s’agisse d’une assurance responsabilité civile professionnelle, d’une assurance multirisque ou encore de la garantie décennale, le professionnel a le droit de résilier son assurance professionnelle.

Les assurances peuvent être résiliées par un professionnel dans le but de souscrire à un nouveau contrat ou pour simplement mettre fin au contrat d’assurance professionnelle. Ce billet présente les conditions de résiliation d’un contrat d’assurance professionnelle.

A lire également : Tous les avantages de l’entrepreneuriat

Comment se passe la résiliation d’une assurance professionnelle en règle générale ?

En règle générale, le professionnel désirant résilier son contrat d’assurance professionnelle doit le faire à sa date d’échéance. Pour ce faire, il a l’obligation de prévenir son assureur dans un délai de 2 mois avant la fin du contrat d’assurance professionnelle.

Il est impératif que l’assuré professionnel respecte ce délai de préavis pour résilier son contrat d’assurance sinon ce dernier sera reconduit tacitement. Toutefois, il existe des cas particuliers pour lesquels un contrat d’assurance peut être résilié. Dans tous les cas de figure, pour résilier un contrat d’assurance professionnelle, l’assuré doit envoyer une lettre de résiliation en recommandé avec accusé de réception à l’assureur.

A découvrir également : Devenir riche sur Internet : c'est possible

Vous devez indiquer la date de souscription ainsi que le numéro de votre contrat. Inscrivez également la date d’échéance et le motif de résiliation de votre contrat d’assurance professionnelle.

Quels sont les cas particuliers pour lesquels un contrat d’assurance peut être résilié ?

Suite à une modification du contrat d’assurance professionnelle, comme une majoration de prime d’assurance, le souscripteur a le droit de résilier son contrat avant l’échéance. Aussi, il peut résilier son contrat suite à une augmentation de sa franchise. Dans ce cas, l’assuré dispose d’un délai d’un mois suivant la date de la prise de connaissance de la modification du contrat d’assurance professionnelle pour prévenir l’assureur de sa décision de résiliation.

D’autres cas de figure permettent au professionnel de résilier son contrat d’assurance professionnelle. La cessation d’activité ou le départ à la retraite, le redressement où la liquidation judiciaire, le changement de domiciliation du siège social de l’entreprise sont des motifs légitimes pour résilier son contrat d’assurance professionnelle.

résilier son assurance professionnelle

Le professionnel se trouvant dans ces cas, dispose d’un délai de trois mois à compter de la date de l’événement pour envoyer sa demande de résiliation à son assureur. Il est important de notifier que la résiliation des contrats d’assurance professionnelle ne sera effective qu’un mois après la date de réception de la demande de résiliation par l’assureur.

Est-il possible d’utiliser les lois Hamon ou Chatel pour résilier un contrat d’assurance professionnelle ?

Promulguées respectivement en 2005 et 2014, les lois Hamon et Chatel facilitent la résiliation des contrats d’assurance en dehors de la date de fin de contrat. Elles permettent également aux assurés de trouver des contrats plus avantageux après un an de souscription auprès d’un assureur.

Toutefois, les deux lois ne s’appliquent pas aux contrats d’assurance professionnelle. Les assurés professionnels se doivent de respecter le délai de préavis pour résilier un contrat d’assurance professionnelle.

Selon l’article L 113-15-2 du code des assurances, les lois Hamon et Chatel ne concernent que les particuliers. Elles ne sont donc malheureusement pas exploitables dans le cadre de la résiliation d’une assurance professionnelle. Toutefois, certains contrats peuvent prévoir une clause pour faciliter la résiliation d’une assurance professionnelle.

Quels sont les cas de résiliation à l’initiative de l’assureur ?

Certains contrats peuvent être résiliés sur la décision de l’assureur, et non de l’assuré. En effet, il existe des motifs spécifiques qui peuvent amener l’assureur à prendre l’initiative de résilier un contrat d’assurance professionnelle. Il peut s’agir d’une résiliation en cas de non-paiement des cotisations, en cas d’aggravation du risque ou encore après un sinistre si le contrat mentionne ce cas.

Outre ces motifs, l’assureur peut décider de résilier un contrat d’assurance professionnel à sa date d’échéance. Il peut également résilier le contrat en cas de redressement ou liquidation judiciaire de l’assuré, en cas d’omission ou inexactitude dans la déclaration du risque.

Choisir une bonne assurance pour professionnels

Une assurance professionnelle n’est pas forcément obligatoire pour les personnes qui travaillent à leur compte ou qui possèdent leur propre entreprise. Cela dépend de l’activité que vous exercez. Cependant, elle peut rapidement se révéler essentielle pour tous. Si vous voulez en savoir plus dur l’assurance de professionnels, vous pouvez suivre ce lien. Cela vous permettra de trouver une assurance réputée pour la qualité de ses garanties.

Seules les professions réglementées sont concernées par l’obligation. Cela concerne les professionnels de la santé et du droit, mais également les experts-comptables ou encore les agents d’assurance. Il est important de se renseigner rapidement pour savoir si votre profession est concernée ou non par cette obligation. Une assurance professionnelle vous apportera ensuite de nombreuses garanties.

Si votre entreprise subit un sinistre comme un incendie ou une inondation, vous pourrez être indemnisé en conséquences. Et si vous avez un litige avec un client, la protection juridique de l’assurance pourra vous sortir d’un bien mauvais pas. Il peut également arriver que vous causiez un sinistre avec votre activité. Les personnes touchées par ce sinistre pourront être indemnisées grâce à la Responsabilité Civile de votre assurance.

Comment préparer sa résiliation d’assurance professionnelle pour éviter les pièges ?

Si vous avez décidé de résilier votre assurance professionnelle, pensez à bien préparer cette étape. Effectivement, certaines erreurs peuvent avoir des conséquences désastreuses pour votre entreprise.

Premièrement, vous devez vérifier les conditions contractuelles pour connaître la durée de l’engagement et le délai de préavis à respecter avant d’envoyer votre demande de résiliation. Vous pouvez aussi trouver cette information sur le site internet officiel du Centre national des professions libérales (CNPL).

Sachez que si vous n’êtes pas encore engagé dans un contrat d’assurance, vous pouvez toujours opter pour une couverture qui répond mieux aux besoins spécifiques de votre entreprise en termes d’assurance responsabilité civile.

Si vous souhaitez changer d’assureur ou simplement mettre fin à une police existante, pensez à bien conserver une copie complète de toutes les correspondances échangées entre l’assureur et vous, ainsi qu’un reçu postal faisant foi afin de pouvoir justifier de votre bonne foi en cas de doute ou de litige éventuel.

Quelles sont les conséquences financières d’une résiliation d’assurance professionnelle ?

Pensez à bien noter que la résiliation d’un contrat d’assurance professionnelle peut avoir des conséquences financières pour votre entreprise. Effectivement, certaines compagnies exigent le paiement intégral de la prime d’assurance malgré une résiliation en cours d’année. Dans ce cas-là, vous devrez payer non seulement la prime due jusqu’à la date effective de résiliation, mais aussi les primes à venir qui auraient été payées si le contrat avait continué jusqu’à sa fin initiale.

Dans certains cas, l’assureur peut aussi prévoir une indemnité contractuelle appelée ‘Frais Administratifs’. Cette indemnité représente un montant forfaitaire équivalent à 10% du coût annuel total des garanties. Elle ne s’applique néanmoins pas lorsque cette rupture intervient suite à un sinistre garanti par le contrat.

Pour éviter ces frais supplémentaires et anticiper les risques liés à une interruption prématurée du contrat, il est recommandé de bien lire les conditions générales avant toute signature et surtout vérifier quels sont les points clés liés aux modalités de résiliation. Nous vous conseillons donc vivement, afin d’éviter toutes mauvaises surprises durant cette procédure délicate et fastidieuse, de contacter directement votre assureur actuel ou son courtier partenaire pour prendre connaissance avec précision des pénalités encourues.